REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris

logo

etxelagun

DERNIÈRES NOUVELLES.

Les prisonniers politiques basques Maria Lizarraga Merino et Iñigo Gutierrez Carrilo transférés

ETXERAT. Les prisonniers politiques basques Maria Lizarraga Merino et Iñigo Gutierrez Carrillo ont été transférés de la prison de Villena à celle de Picassent (540 km).

Les prisonniers politiques basques Zigor Merodio Larraona et Jon Rubenach Roiz rapprochés

ETXERAT. Les prisonniers politiques basques incarcérés dans l’État français Zigor Merodio Larraona (Bilbao) et Jon Rubenach Roiz (Iruña) ont été rapprochés dans une prison proche du Pays Basque. Ils ont été transférés de la prison de St Martin de Ré à celle de Mont-de-Marsan.

C’est avec surprise et chagrin que nous avons appris l’arrestation et l’incarcération de Karlos Apeztegia

ETXERAT. C’est avec surprise et chagrin que nous avons appris l’arrestation puis l’incarcération de Karlos Apeztegia. Etxerat souhaite souligner le travail que réalise Karlos Apeztegia au sein de l’association, concrètement dans le domaine de l’assistance technique et humaine aux familles des prisonniers basques dans l’État français.

Nous souhaitons également souligner la contribution qu’apporte Karlos Apeztegia, par son travail au sein de notre association, à la résolution définitive des conséquences du conflit et à la paix.

Etxerat exprime son entière solidarité et tout son soutien à la famille de Karlos, particulièrement à sa compagne et à leur fille.

Le refus opposé aux demandes de changement de degré porte gravement préjudice aux familles aussi, car il reporte les libérations

ETXERAT. Le «Rapport sur les arrêts de refus de progression de degré», rendu public hier par le Forum Social Permanent, travail que nous saluons, de même que l’engagement et la volonté que le Forum Social consacre à la résolution des conséquences du conflit, vient malheureusement confirmer le maintien du caractère exceptionnel sur lequel la politique pénitentiaire espagnole continue de s’appuyer en ce qui concerne nos proches prisonniers.

Les faits parlent d’eux-mêmes. Depuis juillet dernier, le Tribunal Central de Vigilance Pénitentiaire a émis 47 arrêts de refus à autant de demandes de progression de degré de la part des prisonnier.e.s basques. Seuls deux arrêts acceptent la demande de progression au deuxième degré. À la date du 27 septembre, 70 demandes se trouvaient en attente de résolution au Tribunal Central de Vigilance Pénitentiaire.

Nous rappelons que malgré la nouvelle époque que vit la société basque, celle-là même qui réclame de façon majoritaire une résolution juste des conséquences du conflit, 95 % des prisonnier.e.s politiques basques sont toujours classifié.e.s au premier degré pénitentiaire, celui du régime fermé, et que 27 d’entre eux se trouvent de façon permanente dans des modules d’isolement.

Nos parents et ami.e.s prisonnier.e.s ont montré leur volonté de parcourir le chemin au sein de la légalité pénitentiaire, dans une perspective finale de libération, un choix que nous, familles et ami.e.s, partageons évidemment, parce que nous aussi souhaitons leur retour le plus rapide possible à la maison et parce qu’il est urgent pour nous de nous libérer d’une politique pénitentiaire qui intensifie notre souffrance. Cependant, les décisions, tant des Commissions de Traitement de chaque prison que celles du Tribunal Central de Vigilance Pénitentiaire, dépendant de l’Audience Nationale de Madrid, continuent de les en empêcher.

De nouveaux pas sont demandés aux prisonnier.e.s, qui sont sans le moindre doute en train de les faire. La société basque en est bien consciente. La progression de degré doit répondre à la situation personnelle et pénitentiaire de chaque prisonnier.e. Les arrêts refusant cette progression de façon universelle et systématique sont illicites. Jusqu’à quand allons-nous devoir continuer de payer les conséquences de décisions avec lesquelles les autorités espagnoles violent leurs propres lois ?

La société basque, ses institutions et ses acteurs politiques et sociaux se sont déjà prononcés sur l’exigence du rapprochement de tous les prisonniers au Pays basque, la libération de ceux qui sont gravement malades et d’âge avancé, l’application du critère européen au sujet de la confusion des peines et la résolution du blocage du maintien au régime du premier degré de la majorité des prisonnier.e.s. Jusque quand allons continuer d’être victimes de cette politique pénitentiaire d’exception?

urtzi.jpg

Etxerat a comparu devant le Parlement Basque dans le contexte de l’éventuel transfert des compétences en matière pénitentiaire

Etxerat

ETXERAT. L’association Etxerat a comparu aujourd’hui 2 octobre devant la Commission Travail et Justice du Parlement Basque de Gasteiz dans le contexte du travail mené actuellement autour d’un éventuel transfert des compétences en matière pénitentiaire, qui pourrait déboucher sur une nouvelle politique carcérale. Les porte-parole d’Etxerat Urtzi Errazkin et Patricia Velez ont apporté l’expérience et le témoignage de trois décennies de souffrance et de violations de droits pour les parents et amis de prisonniers basques en conséquence des politique pénitentiaire d’exception qui leur sont appliquées.


 Cookies Politika  Pribatutasun Politika

ARABA
Gasteiz
Kutxa kalea 7
Tel. 945 123 238
C.P. 01012   Gasteiz
BIZKAIA
Bilbo
Sarrikoalde, 3 behea
Tel. 690 622 598
C.P. 48015   Bilbo 
GIPUZKOA
Hernani
Perkaiztegi Kalea 11/13
Tel: 943 335 900
C.P. 20120  Hernani 
NAFARROA
Iruñea
Nabarreria kalea 15 2º Ezk
Tel: 948 227 054
C.P. 31001  Iruña 
Asistencia Familiares y Amigos
Estado Español
943 335 900
Estado Francés
943 333 061
Coordinación
943 335 044 

Casino sites http://gbetting.co.uk/casino with welcome bonuses.